Les Jeudis de l'Europe

Nous ne sommes savants que de la Science présente. Montaigne


Poster un commentaire

Pertinence de la prescription d’examens biologiques en médecine générale pour les patients de 18 à 45 ans asymptomatiques

Les patients jeunes et asymptomatiques sont nombreux à demander un bilan biologique pour se rassurer sur leur état de santé.

L’objectif de cette revue de la littérature est de déterminer s’il est pertinent de prescrire une glycémie, un bilan lipidique et une créatinine dans cette population.

Elle a été réalisée en interrogeant la base de données Medline via Pubmed et complétée par une recherche d’articles sur Google Scholar.

La glycémie à jeun est une méthode de dépistage adaptée pour les personnes jeunes mais les scores de risques comme FinDRiSc sont recommandés en première intention chez les personnes asymptomatiques.

La réalisation d’un bilan lipidique afin de calculer un score de risque d’évènement cardiovasculaire est recommandée à partir de 40 ans. Chez les personnes plus jeunes, en présence de facteurs de risque, l’identification d’un sur-risque d’évènements cardiovasculaire peut être bénéfique pour la modification du style de vie du patient.

Les données retrouvées sur le dosage de la créatinine sont insuffisantes pour conclure sur son intérêt chez les personnes jeunes et asymptomatiques.

Source: Pertinence de la prescription d’examens biologiques en médecine générale pour les patients de 18 à 45 ans asymptomatiques : revue de la littérature (bilan lipidique, glycémie et créatinine) / Marie Collart Dutilleul ; [sous la dir. de] Florence Godard [et] Sophie Le Vaguerès

Publicité


Poster un commentaire

La prescription de psychotropes chez les adultes avec Trouble du Spectre de l’Autisme : état des connaissances et étude descriptive

Introduction : dans la littérature, bien que ce soit un enjeu de santé publique, on ne retrouve que peu d’études évaluant la prescription de médicaments psychotropes chez les adultes avec TSA. Pourtant, « bien qu’il n’existe pas de traitement médicamenteux spécifique aux TSA », les traitements psychotropes, « comme les antipsychotiques […] sont fréquemment utilisés dans la prise en charge des comportements problèmes ». Parallèlement à cette sur-prescription, en France, à ce jour, aucun consensus n’est validé par l’HAS par rapport à la prise en charge non médicamenteuse à proposer aux adultes avec TSA.

Résultats et discussion : les résultats de notre étude suggèrent une prescription importante de psychotropes chez les adultes avec TSA lorsqu’ils sont hospitalisés au long cours ou accueillis dans des structures médicosociales. De même, la prise en charge non médicamenteuse de ces sujets paraît peu présente et souvent non spécifique à leurs troubles. Il serait intéressant d’approfondir cette étude en étoffant le nombre de sujets inclus et de transformer cette étude transversale en étude longitudinale, afin de tester les éventuels changements dans la prescription, qui pourraient être relus au prisme des changements intervenus dans la vie de ces personnes (âge, lieu de vie, prise en charge spécifique…). Au niveau clinique, une harmonisation des pratiques au niveau des prises en charges médicamenteuses et non médicamenteuses semble indispensable : nous nous inspirons de notre revue de la littérature et de notre étude pour proposer des recommandations globales de bonne pratique de prescription de psychotropes chez les adultes avec TSA.

Source : La prescription de psychotropes chez les adultes avec Trouble du Spectre de l’Autisme : état des connaissances et étude descriptive. Thèse 2017

Cf soirée DPC « L’autisme et les syndromes apparentés » du jeudi 17 mai 2018 organisée conjointement par les Jeudis de l’Europe et l’Unaformec RA


Poster un commentaire

Impact de l’exposition aux écrans sur le sommeil et les performances scolaires chez les enfants d’école primaire

Etude quantitative réalisée par questionnaires sur 83 couples parent-enfant dans le département de la Drôme.

Source: Ringuet N. Thèse 2017

Sujet abordé en plénière lors du 45° FML du samedi 29 septembre 2018


Poster un commentaire

Utilisation d’hypnose rapide lors de la chirurgie implantaire

De nos jours, le progrès technologique est en évolution permanente dans le domaine de la dentisterie. On se doit de pouvoir proposer à nos patients les meilleurs soins possibles et les meilleures solutions thérapeutiques, la chirurgie implantaire est donc un acte indispensable. En constante quête de perfectionnement, on cherche aussi toujours à améliorer le confort du patient. L’hypnose médicale apparait alors comme un outil thérapeutique de choix pour participer à ce confort. Après une description de l’hypnose, de ses techniques et des particularités de l’hypnose flash, nous aborderons sa mise en application à travers quatre cas cliniques lors de chirurgies implantaires en cabinet privé.

Source : Utilisation d’hypnose rapide lors de la chirurgie implantaire


Poster un commentaire

Vers une évaluation gériatrique enfin standardisée

Contexte : Le repérage de la fragilité des personnes âgées est un enjeu de santé publique afin d’éviter l’évolution vers la dépendance. L’étude EPAFRA aura pour objectif d’établir deux grilles de dépistage de la fragilité comme représentatives des possibilités de dépistage de celle-ci en soins primaires ; ce sont celle du Gérontopôle de Toulouse (GFST) et l’échelle d’Edmonton traduite en français. Il était nécessaire de les confronter à la seule référence admise actuellement pour le repérage de la fragilité, l’évaluation gériatrique standardisée(EGS). Il n’en est pas reconnu actuellement de déroulement unique au niveau national et international. Il fallait donc établir pour EPAFRA une évaluation gériatrique standardisée type…

Conclusion : Grâce à ce travail et la mise en commun des données des consultations des cinq centres, il est proposé un gold standard d’EGS. Ce dernier sera appliqué au cours d’une consultation en hôpital de jour. Les résultats de cette évaluation seront comparés au repérage réalisé au préalable en médecine ambulatoire par le GFST et l’échelle d’EDMONTON afin d’estimer la sensibilité et la spécificité de ces deux échelles.

Source : Vers une évaluation gériatrique enfin standardisée.

Thèse de Marie Duflot, 2017